Journal des professionnels de l'enfance

7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°133 - Septembre - Octobre - Novembre 2022
0/20 Redoublement d’incompétence !
0/20 Redoublement d’incompétence !
Professionnels de la petite enfance, vous n’êtes pas sans ignorer la publication du dernier arrêté ministériel concernant le monde de la petite enfance publié au Journal Officiel du 4 août tant il a fait la Une de la presse ! Que contient cet arrêté très médiatisé ? Dans un contexte de pénurie de salariés, il propose de déroger aux règles de recrutement en autorisant certains professionnels hors secteur et du personnel non-qualifié à travailler en crèches. Un texte qui porte atteinte à la qualité de l’encadrement des jeunes enfants en accueil collectif et contribue à la dégradation de ce service. Car les professionnels savent que si pénurie il y a, elle est surtout liée aux conditions de travail qui ne cessent de se dégrader tant le secteur est invité à devenir productif et a épousé les contraintes de rentabilité et d’efficacité. Ce sont bien désormais les valeurs gestionnaires qui ont en main et surplombent la petite enfance. Les professionnels se voient ainsi relégués aux marges de l’activité brisant leur culture éducatives, leur savoir-faire, leur motivation, leur professionnalisme, pour en faire de la petite enfance non plus un travail de care mais un business !
Une affiche à détacher. « Tous ensemble pour une campagne de sensibilisation »


► En ces temps d’incertitude, cap sur la sécurité affective
Dans nos sociétés Occidentales un mot tend à revenir, celui de l’autonomie et, accolé à lui bien que ne pouvant s’y réduire, celui d’indépendance. Derrière ce vocabulaire se logent des représentations bien spécifiques visant à valoriser, dès le plus jeune âge, l’autonomisation des enfants. Oui mais, cette dernière est un processus qui demande que certaines conditions, notamment en matière de sécurité affective, soient réunies. Une réflexion théorique mais aussi pratique !
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°132 - Juin - Juillet - Août 2022
Cahier spécial Boris Cyrulnik
► Le business des crèches
Face aux besoins importants et non satisfaits de places d’accueil, le secteur de la petite enfance s’est ouvert, depuis une quinzaine d’années, à une logique marchande portée par de nouveaux cadres dérégulés nationaux (délégation de service public) et européens (directives Bolkestein…).
Cette arrivée du secteur privé lucratif dans le champ de la petite enfance n’a pas été sans susciter des inquiétudes chez les professionnels : les intérêts de ceux qui se lancent sur ce marché sont-ils véritablement conciliables avec ceux des enfants et de leurs familles ? Peut-on à la fois rechercher la rentabilité et offrir une qualité d’accueil ? Quid de l’accueil de la petite enfance comme outil au service des politiques sociales et de la gestion des inégalités ? Etc.
La situation des Ehpad privés, largement soumis à la dérégulation du marché, et ses conséquences désastreuses vivement dénoncées dernièrement dans la presse, ne sont pas sans faire craindre les mêmes effets dans le secteur de l’accueil collectif. Des effets déjà malheureusement visibles : fuite des professionnels, sous-effectif, burn-out…
Opinion publique à alerter, médiatisation accrue, équilibre renforcé entre puissance publique et acteurs privés… sauront-ils mettre un terme aux dérives et à la marchandisation délétère du secteur ?

► Repenser l’adaptation en crèche
Si on ne peut plus postuler l’existence d’un unique modèle d’adaptation (comme cela a été les cas pendant bon nombre d’années), questionner des pratiques encore parfois fort établies, telles celles liées à l’adaptation, c’est un peu la promesse et l’objet de la recherche-action. Cette dernière rend en effet possible, non pas l’application aveugle et systématique de recettes toutes-faites, mais une innovation toujours particulière et plurielle du premier accueil de l’enfant et de sa famille.
Celles menées par l’Institut Petite Enfance Boris Cyrulnik au niveau du temps de l’adaptation/la familiarisation ont mis en avant l’importance non seulement des connaissances scientifiques sur les tout-petits, mais plus encore des allers-retours que réalise l’équipe entre pratiques, observations et théories. Alors, osons des adaptations personnalisées pour favoriser une approche vivante et collective d’expérimentations ainsi que l’incarnation des connaissances théoriques !
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°131 - Mars - Avril - Mai 2022
Découvrez votre nouvelle formule !
► Bébé : acteur au sein du groupe !
Si l’homme est bien un animal social, cette sociabilité commencerait très tôt voire plus tôt qu’on ne l’imaginait ! On a en effet souvent tendance à penser que le bébé s’inscrit dans une relation essentiellement duale (enfant/parent, enfant/ professionnel de l’enfant, enfant/autre enfant) pour laquelle il manifeste déjà de formidables compétences en matière de liens. Or, limiter les capacités des tout-petits à ces seuls face-à-face, c’est oublier que ces derniers sont en mesure d’interagir avec plusieurs pairs en même temps et manifestent très précocement des caractéristiques fondamentales propres à la communication de groupe si on laisse davantage se faire ces interactions de groupe (permettant d’observer des comportements déjà sophistiqués) et une présence moins forte de l’éducateur.
Les observations réalisées sur le terrain donnent accès à des données précieuses quant au développement de la sociabilité de l’enfant, au-delà de ce que les éléments théoriques posent.

► Libérons l’enfance ! Un regard sociologique
Si l’enfance a été longtemps approchée par le prisme des études en psychologie, une lecture sociologique est aussi légitime et nécessaire pour comprendre les mécanismes à l’œuvre dans la construction d’un individu et pour apporter des éclairages sur sa réalité sociale tout en offrant une perception diversifiée et multiforme des tout-petits comme pour s’éloigner d’une vision naturalisée voire essentialisée de l’enfant.
Les travaux sociologiques montrent en effet que l’enfance n’est pas un âge de la vie homogène, mais qu’elle est traversée par des déterminants sociaux, économiques et de genre. Les enfants appartiennent à une catégorie et une classe d’âge socialement construites. En témoignent les institutions de la petite enfance apparues au XIXe siècle, fruits d’une autre représentation de l’enfance, qui ont façonné la socialisation des enfants et continuent de le faire aujourd’hui comme elles ont impliqué une normalisation de certaines pratiques familiales.
Il n’est pas intéressant de rappeler que les enfants ne sont pas des êtres hors-sol ou en apesanteur sociale, mais façonnés et traversés par les inégalités sociales, des rapports de domination de classe et de genre, auxquels eux-mêmes sont sensibles et par rapport auxquels ils savent se situer.
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°130 - Décembre - Janvier - Février 2021-22
Découvrez votre nouvelle formule !
► Que sait-on des bienfaits de la musique ?
Chanter des chansons aux enfants, leur faire écouter de la musique, les inviter à pratiquer un instrument… cela va de soi ! La musique et les chansons appartiennent à l’univers de la petite enfance et sont présentes dès le berceau, voire au stade fœtal : combien de mères enceintes écoutent du Mozart à l’attention de leur tout-petit encore dans leur ventre ? Combien de berceuses sont fredonnées au creux de leurs oreilles pour accompagner leur sommeil ? Combien de musique douce leur donne-t-on à écouter pour les détendre ou les relaxer ?
Mais sait-on véritablement pourquoi la musique est bonne, au-delà du seul plaisir de l’écoute ?
Ainsi, si les jeunes enfants pratiquent un instrument de musique ou écoutent simplement de la musique ou des comptines, ils renforcent à la fois les circuits neuronaux dédiés à l’audition et ceux impliqués dans les activités motrices ainsi que leurs connexions, mais développent également leurs aptitudes autres que motrices, comme le langage, la mémoire et tant d’autres…
Plus étonnant et moins connu, saviez-vous aussi que la musique stimule la vie sociale de l’enfant, comme le sentiment altruiste, la confiance en l’autre, la coopération plutôt que la compétition ?


► Les temps du repas
Entre « manger pour vivre et vivre pour manger », il faudrait bien une autre option, une autre alternative… et encore plus, quand on pense au temps du repas de l’enfant en accueil collectif. Si au départ, manger est bien une nécessité de survie, c’est aussi un temps de construction du lien social et affectif pour le tout-petit.
Or, on met souvent de côté le besoin de l’enfant durant le repas en raison des pressions et des contraintes de temps et d’organisation : manger vite, proprement, tout finir… sont des leitmotivs récurrents, pas toujours favorables à l’enfant. Pourtant, ce dernier a des préférences et des aversions alimentaires dès le plus jeune âge et une capacité d’autorégulation alimentaire dont il faut tenir compte, comme il faut prendre en compte ses capacités motrices pour veiller à sa bonne installation et position, ou au matériel proposé en rapport avec ses compétences sensori-motrices du moment. Parce que le prérequis à la consommation alimentaire chez l’enfant doit être le plaisir et non pas un message sanitaire, la recherche d’autonomie et non pas s’alimenter pour s’alimenter, faisons du temps de repas, un moment d’attention aux besoins de l’enfant.
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°129 - Septembre - Octobre - Novembre 2021
Découvrez votre nouvelle formule !
Sans écrans et en plein air

► Ouvrir les yeux et mettre en veille les écrans
Toujours de plus en plus tôt, toujours de plus en plus souvent, les tout-petits sont exposés aux écrans. Devenus omniprésents dans leur environnement, il leur est difficile d’y échapper. Ces derniers sont le marqueur de la société numérique et les parents souhaitent que leurs enfants s’approprient ces outils au plus vite, de crainte qu’ils ne soient exclus de la révolution virtuelle ! Pour autant, le développement de l’enfant se conjugue mal avec cette virtualité. Ses besoins sont faits de rencontres, d’explorations sensorielles, de langage, d’expérimentation… qui passent par la corporalité et le contact avec le réel. Si les enfants ne trouvent pas dans leurs parents, et les adultes éducateurs, un rempart contre les effets – délétères – de ces écrans, les représentations communes, les liens durables, le vivre ensemble… sont menacés.

► Jouer dehors : le dire et le faire
L'automne est là, et avec lui, les premières bourrasques et des températures en baisse. Allez, on remet blousons, chaussettes et collants… et place aux chaussures fermées ! Mais si cette période de l’année rime avec fraîcheur, celle-ci n'est pas une raison suffisante pour ne plus laisser sortir les enfants dehors. Bien au contraire, de nombreuses études ne cessent de mettre en avant les bienfaits de jouer à l'extérieur pour les tout-petits : bénéfique pour leur santé, renforcement de leurs aptitudes motrices, sociales et émotionnelles, meilleures capacités d’adaptation et gestion du stress… Les arguments ne manquent pas. Pourtant, les EAJE sont encore hésitants à mettre en place de telles pratiques voire à les soutenir auprès des familles. Ce qui fait défaut ? Un jeu libre en extérieur qui s’appuie et qui est pensé comme projet d’équipe, transmis avec enthousiasme aux parents, et initié en mode coopération.
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°128 - Juin - Juillet - Aout 2021
Découvrez votre nouvelle formule !
Affûtons notre esprit critique !

► Masque en crèche : sachons raison garder !
Si les masques se sont révélés essentiels au cœur de la pandémie, ils auront fait couler beaucoup d’encre ! Déjà décriés comme inefficaces et critiqués quant à leur usage délicat, les masques font encore aujourd’hui l’objet de nouvelles interrogations. Celles-ci pointent désormais leurs effets néfastes sur le développement des jeunes enfants, questionnant par-là les professionnels de l’enfance, voire alimentant leur sentiment de culpabilité et ajoutant à leur charge mentale.
Au-delà de ces interrogations légitimes, cette « question des masques » renvoie au sujet délicat de la médiatisation de certaines études et au nécessaire esprit critique qu’il convient d’aiguiser face à ces dernières.

► Violences éducatives ordinaires
Quand certaines violences éducatives ordinaires dépassent la sphère privée et relèvent aussi de pratiques institutionnelles, dont les professionnels ne peuvent pas toujours être tenus responsables, s’interroger sur ces violences invisibles est une façon de ne pas les admettre comme une fatalité et de mettre en route un mouvement de pensée collective et individuelle.

► Avec un regard toujours impertinent et caustique, Le Petit Coin-Coin propose une lecture de l’actualité de la petite enfance, et notamment du Plan de formation des 600 000 professionnels de l’enfance.
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°127 - Mars - Avril - Mai 2021
Découvrez votre nouvelle formule !
Des liens et de l’accueil

► Des liens à chérir
Dans ce contexte sanitaire bien particulier où les liens humains semblent quelque peu distendus et malmenés, comment de ne pas penser à ces métiers, ceux justement qui ont trait aux liens et qu’exercent au quotidien les professionnelles de la petite enfance. Ils attendent toujours une reconnaissance que le monde politique (du moins certains députés) commence à porter et mettre en avant. Des liens, qui s’avèrent aussi indispensables que vitaux aux tout-petits, dont les recherches scientifiques disent le développement précoce de l’empathie et les compétences sociales des bébés.

► L’accueil autrement…
Devenu investissement social et éducatif, l’accueil collectif concoure à inclure et à accueillir des enfants aux capacités et aux compétences autres, faisant émerger de nouvelles pratiques professionnelles et un environnement adapté.

► Toujours impertinent et caustique, Le Petit Coin-Coin vous offre un regard nouveau sur l’actualité de la petite enfance et celle quelque peu agitée par les dernières mesures proposées dans le cadre de la réforme des modes d’accueil de la loi Asap.
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°126
Découvrez votre nouvelle formule !
À votre demande, nous avons fait évoluer le Journal des professionnels de l'enfance.
Car si l’on parle de plus en plus de petite enfance sur un plan sociétal, il nous semble important d’aller encore plus loin. La petite enfance est un véritable vivier de propositions, d’idée nouvelles, d’expérimentations… Mais celles-ci souffrent encore d’un manque de visibilité et de partage. Alors, participons à les mettre en avant ! De même, il nous faut œuvrer davantage à faire rimer recherches et pratiques, à dépasser la barrière invisible qui souvent les oppose…
Il nous paraît aussi important d’oser dire les choses : que ce soit sur un plan politique, sociétal, scientifique ou au cœur même des structures d’accueil et des écoles maternelles, des propos peuvent être prononcés, des pratiques encouragées qui s’avèrent aux antipodes de ce que nous pouvons tous souhaiter pour la petite enfance. Ne rien dire, ne rien faire, c’est les entretenir…

D’où cette nouvelle formule trimestrielle qui vous proposera un format 3 en 1 unique :
- Le petit coin-coin : un tabloïd qui vous offrira un regard nouveau sur l’actualité petite enfance ;
- Le cahier Recherches du Journal des professionnels de l'enfance : de quoi plonger au cœur de recherches et de réflexions…
- Le cahier Pratiques du Journal des professionnels de l'enfance : des expérimentations, des idées nouvelles, des innovations…
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°125
Découvrez votre nouvelle formule !
À votre demande, nous avons fait évoluer le Journal des professionnels de l'enfance.
Car si l’on parle de plus en plus de petite enfance sur un plan sociétal, il nous semble important d’aller encore plus loin. La petite enfance est un véritable vivier de propositions, d’idée nouvelles, d’expérimentations… Mais celles-ci souffrent encore d’un manque de visibilité et de partage. Alors, participons à les mettre en avant ! De même, il nous faut œuvrer davantage à faire rimer recherches et pratiques, à dépasser la barrière invisible qui souvent les oppose…
Il nous paraît aussi important d’oser dire les choses : que ce soit sur un plan politique, sociétal, scientifique ou au cœur même des structures d’accueil et des écoles maternelles, des propos peuvent être prononcés, des pratiques encouragées qui s’avèrent aux antipodes de ce que nous pouvons tous souhaiter pour la petite enfance. Ne rien dire, ne rien faire, c’est les entretenir…

D’où cette nouvelle formule trimestrielle qui vous proposera un format 3 en 1 unique :
- Le petit coin-coin : un tabloïd qui vous offrira un regard nouveau sur l’actualité petite enfance ;
- Le cahier Recherches du Journal des professionnels de l'enfance : de quoi plonger au cœur de recherches et de réflexions…
- Le cahier Pratiques du Journal des professionnels de l'enfance : des expérimentations, des idées nouvelles, des innovations…
7,50 € Journal des professionnels de l'enfance - N°124
Découvrez votre nouvelle formule !
À votre demande, nous avons fait évoluer le Journal des professionnels de l'enfance.
Car si l’on parle de plus en plus de petite enfance sur un plan sociétal, il nous semble important d’aller encore plus loin. La petite enfance est un véritable vivier de propositions, d’idée nouvelles, d’expérimentations… Mais celles-ci souffrent encore d’un manque de visibilité et de partage. Alors, participons à les mettre en avant ! De même, il nous faut œuvrer davantage à faire rimer recherches et pratiques, à dépasser la barrière invisible qui souvent les oppose…
Il nous paraît aussi important d’oser dire les choses : que ce soit sur un plan politique, sociétal, scientifique ou au cœur même des structures d’accueil et des écoles maternelles, des propos peuvent être prononcés, des pratiques encouragées qui s’avèrent aux antipodes de ce que nous pouvons tous souhaiter pour la petite enfance. Ne rien dire, ne rien faire, c’est les entretenir…

D’où cette nouvelle formule trimestrielle qui vous proposera un format 3 en 1 unique :
- Le petit coin-coin : un tabloïd qui vous offrira un regard nouveau sur l’actualité petite enfance ;
- Le cahier Recherches du Journal des professionnels de l'enfance : de quoi plonger au cœur de recherches et de réflexions…
- Le cahier Pratiques du Journal des professionnels de l'enfance : des expérimentations, des idées nouvelles, des innovations…
Résultats 1 à 10 sur 35

Se connecter

TPMA utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.